Accueil paris Expo photos à la MEP

Expo photos à la MEP

0
0
16

Encore une expo et oui… (en plus je ne vous ai pas parlé de toutes, j’ai en effet quelques articles de retard … Et du retard pas uniquement sur ce sujet… bref va y a voir de la perte)

Donc exposition ou plutôt plusieurs expos à la Maison européenne de la photographie. (et free en plus)

Je commence par la plus intéressante (selon moi) :

« Photographie de la nouvelle Russie, de 1990 à aujourd’hui »

Comme dans le titre vous avez déjà le sujet, je vais vous parler des photos qui m’ont « intriguées » ou « plus » :

Les photos de Evstafiev :

Expo photos à la MEP dans paris evstafiev-red-syndrome

Je n’ai pas trouvé celle que je cherchais mais celle-çi dans l’esprit s’en approche : par le rouge qui se dégage, l’idée d’évènement et d’une différence d’ordre de grandeur entre l’humain et la structure, le tout très esthétique…

La série de  Tishkov sur une lune qui poétiquement se promène, dort et brille :

 dans photgraphie

24_09_2007_0241807001190637954_leonid_tishkov_i_boris_bendikov

 

Ou encore cette énergie (Loktev)

a

Ou cette interrogation sur les enfants, la prostitution, pas enfant, mais pas adulte (Sergey Bratkov) :

SergeyBratkov_2

SergeyBratkov_4

Et puis je n’ai pas trouvé de photos pour les artistes suivants (enfin pas celles que j’aurai aimé vous montrer) : Moukhine,  Michoukov, groupe AES+F, Olga Tchernycheva.

Il y avait vraiment beaucoup de sujets abordés par ces photos et c’était drôlement intéressant pour la profane que je suis de comprendre ou de chercher à comprendre le regard que porte la photo sur la situation présentée… Notamment la série sur un enfant riche. Finalement presque aussi troublante que l’interrogation sur la prostitution… Ou encore la série de photo sur des bonnets en laine vu de dessus, esthétiquement parfaite… 

Vraiment rien que pour cette expo ce petit tour à la Mep fut réjouissant!

Dans les autres exposition je passe sous silence « l’éclat de la perte » (je n’ai probablement pas compris l’interet de ce travail présenté, au delà d’une idée sur l’enfance qui y a t’il ? ou plutôt qu’en fait il ?)

Je ne m’apesantis pas sur les autres non plus même si malgré tout la série de polaroids des Blume était pour finir intéressante… mais grâce à une phrase explicative sur le mur… (et oui Usure est une biquette en interprétation).La proximité de l’objet et de l’homme, qui pose alors la question de l’objet dans notre composition.


Quand à l’autre thème de leur polaroid j’ai vraiment adoré leurs phrases qui s’intercalaient entre les photos :

« Le bonheur est sans merci. »

« Le réel est cruel par sa réalité, il est donc doublement cruel… »

 

L290xH290_jpg_kuroda_cp2-70464

J’ai trouvé que la présentation des photos et dessins de Aki Kuroda étaient trop succincte, belle mais pas suffisante pour comprendre, ou pour se sentir concerné par son travail. (puisque chercher un sens est la plupart du temps probablement une erreur)

  • Retour

    Les retours ont ce gout terrible du regret, s’achève et reprend une forme de vie. Dans ce …
  • Et si je reprenais…

    Et si je recommençais à alimenter ce blog ? Pourquoi multiplier les blogs ? Pourquoi multi…
  • Été 2015 #merci

    Cet été, il a fait chaud! Chaud dans mon coeur, chaud dans mes heures! Et cette chaleure e…
Charger d'autres articles liés
  • Retour

    Les retours ont ce gout terrible du regret, s’achève et reprend une forme de vie. Dans ce …
  • Et si je reprenais…

    Et si je recommençais à alimenter ce blog ? Pourquoi multiplier les blogs ? Pourquoi multi…
  • Été 2015 #merci

    Cet été, il a fait chaud! Chaud dans mon coeur, chaud dans mes heures! Et cette chaleure e…
Charger d'autres écrits par Usure pas triste
Charger d'autres écrits dans paris

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pour se booster…

Voici ce qu’il vous faut si comme moi vous sentez que sans aucune substance le week-…