Accueil conficulture Exposition Monet au grand Palais

Exposition Monet au grand Palais

2
0
9

Alors comme vous pouvez le voir, je tente de rattraper le retard et je reprends de très très loin…

Je profite de cette nouvelle année pour faire un petit topo explicatif… Je cumule 2 pleins temps, c’est un tout petit peu chaud et extrèmement culpabilisant…Vous ajoutez à ça 1 mois et demi de galère de santé et vous avez les 3 arguments qui ont fait de moi un pilote automatique…

Petite expo (voir big) faite il y a plus de 2 mois et dont le brouillon trénaille dans mes non publiés…

Et voici un début riche en couleurs : 

 

Exposition Monet au grand Palais dans conficulture 116996

Que du blanc… Mais quel blanc! quel éclat! quelles nuances!

Et quelle neige, tirant sur le beige sans en être, un peu grise aussi à l’ombre mais tout en restant blanc, avec des accents rosé mais à la blancheur immaculée… (l’image ici vire sur le rose, mais pas le tableau en vrai). 

Ce tableau c’est une de mes découvertes à cette exposition, je l’avais aperçu, sans plus, dans un petit livre sur lui dont je vous ai déjà parlé (ici)… Et de le voir en vrai et bien ça change tout. Même le ciel s’y devine !!!

En fait je crois que j’ai d’abord été impressionné par les couleurs… Tout était éclatant, notamment les nuances de verts et puis le mauve… (depuis j’ai lu un petit livre sur l’impressionnisme et je sais que le mouvement impressionniste coïncide dans le temps avec l’apparition de nouvelles couleurs (des nouveaux ingrédients et procédés qui permettent une stabilisation des couleurs)). Ca gâche un tout petit peu le génie de l’ensemble mais juste un tout petit peu… 

Bon je vous dis tout de suite c’est encore l’échec je ne comprends pas les 2 manières radicalement différente de peindre entre Renoir et Monet qui apparemment s’illustrent entre ces 2 tableaux 

auguste-renoir-la-grenouillere dans paris 

 

 

Monet_-_La_grenouillere_-_1871

Alors comme je suis sûre que vous allez, vous, voir tout de suite la différence… je vous fait pas l’affront de légender… Et je ne vais pas non plus m’appesantir sur l’art et la manière des petits points…

L’exposition présente de très nombreux tableaux du début de sa peinture. On peut donc ainsi voir toutes ses tentatives consécutives années après années pour être exposé au Salon. Qui se sont soldés soit par des échecs soit par des vives critiques… Puis et je pense que c’est  tout aussi important l’évolution de sa peinture vers un style particulier, vers des recherches spécifiques sur le temps et le travail en plein air. Je trouve que ces deux dimensions s’entrecroisent et sont très bien mise en valeur par l’exposition, la quantité des toiles montrent son acharnement à peindre, ainsi que sa recherche.

Autre chose que je trouve formidable et qui est bien mise en valeur dans l’exposition c’est les couleurs attribuées aux paysages de ses voyages ou de sa région natale, qui sont différentes. Les palettes de couleurs varient, une gamme de couleur est spécifique d’une série de tableaux sur un lieu (attention avis de profane). Ca donne une impression d’univers différents et d’une richesse quantitative de petites beautés à observer dans le monde…

 

Argenteuil:MONET_argenteuil

 

Londres : 59993471

 

Bordighera : apc

 

Vous ajoutez à ça les variations entre les toiles d’une même, tient par exemple ,meule de foins et vous vous dites: mon Dieu mais les variations sont infinies!

Alors je vais être un peu critique quand même… J’avais fait une exposition à Milan sur les Nymphéas de Monet et j’étais allée aussi à l’orangerie (souvenez vous pour Klee!)… Cette expo manque cruellement des Nymphéas, qui je trouve est un des plus beaux aboutissement de ses recherches. (Il n’y a presque rien sur cette période et pas les plus beaux) Tout comme les tableaux sur Venise m’ont semblé faiblement représenté. Je trouvais déjà dommage, avant de me déplacer, que Monet dans sa « carrière » ne soit pas aller plus tôt à Venise…

Puis, et là je crois que par contre que c’est très grave, à moins que j’ai raté la salle , pas de réfèrences suffisantes aux estampes japonaise. Je n’ai pas compris ce choix… Puisque le titre de l’exposition ne précise pas cette exclusion! Et qu’il ne me semble pas que se soit une influence mineure dans son travail…

J’étais aussi un peu déçue par le tableau de Camille sur son lit de mort qui m’avait tant émue dans un livre. Grandeur nature le choc était moins important.

Et puis… mais il est où le tableau Boulevard des capucines !!! Bordel!

 

  • Retour

    Les retours ont ce gout terrible du regret, s’achève et reprend une forme de vie. Dans ce …
  • Et si je reprenais…

    Et si je recommençais à alimenter ce blog ? Pourquoi multiplier les blogs ? Pourquoi multi…
  • Été 2015 #merci

    Cet été, il a fait chaud! Chaud dans mon coeur, chaud dans mes heures! Et cette chaleure e…
Charger d'autres articles liés
  • Retour

    Les retours ont ce gout terrible du regret, s’achève et reprend une forme de vie. Dans ce …
  • Et si je reprenais…

    Et si je recommençais à alimenter ce blog ? Pourquoi multiplier les blogs ? Pourquoi multi…
  • Été 2015 #merci

    Cet été, il a fait chaud! Chaud dans mon coeur, chaud dans mes heures! Et cette chaleure e…
Charger d'autres écrits par Usure pas triste
Charger d'autres écrits dans conficulture

2 Commentaires

  1. Camélia Noir

    2 janvier, 2011 à 18:35

    Le tableau bd des capucines, il est est sur ton carnet je crois ! :) !
    Moi j’ai envie d’y retourner avec toi à cette exposition !
    Bisous !

  2. Usure pas triste

    2 janvier, 2011 à 18:44

    on ira ma puce smacks!

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Mépris au nord-fuck musical (2)