Accueil carrement pas !!! Vivement que je sois papa!

Vivement que je sois papa!

5
0
5

Vivement que je sois papa…Vivement que je connaisse enfin cette joie. J’ai tout ce qu’il faut comme mon papa avant moi…Un contre modèle paternel, un haute estime de moi même.

Tout commencerai avec une femme, celle qui sera la mère de mes enfants.

On se sera rencontré gentiment, on se dira c’est le moment… enfin surtout pour elle.

Elle sera enceinte de moi… Elle accouchera, je serai là.

Au départ j’aurai du mal à les laisser tous les deux, je sais que ce sera difficile… Mais il faut bien travailler, j’aurai une famille à assumer.

Au départ je serai très curieux, très présent, je donnerai le bain un fois de temps et en temps, le biberon aussi, c’est promis.

Puis rapidement on aura un second enfant, je m’en occuperai presque pareil. Je serai alors père de deux enfants. Qui seront fan de moi. Pour libérer un peu leur maman, de temps en temps je les garderai le samedi matin… Et puis des fois le dimanche je passerai la serpillère.
Et puis les soirs ou leur mère sera absente, je leur ferai des petits plats : des lentilles, une fois par semaine et des buns… c’est bon, et c’est vite réchauffés.

Leur maman les aidera aux devoirs le soir, en repassant leurs et mes habits. Je serai fier de leur notes, de leurs appréciations, quand il le faudra je leur donnerai un leçon. J’avoue que je serai tellement fier de mes enfants, et de la promotion de ma carrière (j’espère de fonctionnaire) que je les exhiberai un peu partout.

Avoir une famille c’est tellement épanouissant!

De temps en temps je penserai à mon père qu’est quand même passé à coté de trucs importants, j’estimerai m’en être mieux sorti que lui.

Mes choix professionnels peu à peu m’enlèveront du temps libre, j’aurai de plus en plus de mal à les amener à leurs activités, mais malgré tout je continuerai à les encourager. J’encouragerai ma femme à rester à mi-temps, pour des raisons d’intendance, en échange je lui raconterai dans le menu détail mes journées en sirotant un whisky.

J’imagine que si ma fille n’était pas belle, (ou pire grosse!) forcément j’en souffrirai plus qu’elle, mais je l’aiderai. Elle ne sera pas aidé en même temps, vu l’état de sa mère.

Leur mère commencera à me taper sur le système, tout ce laisser aller…

J’espère que mon fils réussira à l’école, c’est important et qu’il s’intéressera aux mêmes choses que moi, histoire que nous ayons une relation père fils qui me soit profitable.

J’aurai peut être deux trois histoires parallèle mais rien de bien sérieux… En plus c’est rare les familles sans problème.J’irai au rdv avec des chemises lavées, étendues et repassées par ma femme, ça ne me dérangera pas … J’aurai trop peu de temps pour y penser.

Peut être aussi trop peu de temps pour écouter mes enfants, j’allumerai la télé à table, histoire que ça passe plus vite, l’adolescence c’est relou, je tenterai de m’éviter ça… Je rigolerai doucement de voir ma femme incapable de couper le cordon… J’essaierai de l’aider, en faisant comprendre à mes enfants qu’ils ne sont pas dans un hôtel, enfin pas le même que le mien!

Puis si ils sont trop chiants, je vous le dit franchement je leur expliquerai que la vie sans eux c’est mieux. 

J’espère que ma carrière n’aura pas trop pâtit de leur enfance et de leur adolescence. Si besoin, (dans leurs intérêts seulement) je parlerai des problèmes de santé de mes enfant à mes amis (désormais collègues). Leur compassion me fera du bien au coeur, enfin on reconnaitra la difficulté de ma vie.Pour me protéger, aussi, je ferai bien attention à ignorer leurs chagrins.

Il est aussi probable que je serai obliger de quitter ma femme, pour un périnée césarisé, et pour du standing… Par la même occasion j’avoue que j’essaierai d’enfin réussir une de mes crises, celle de la cinquantaine, faire tables rases des emmerdeuse et des contestataires de mon autorité (naturelle).Bref je recréerai un décor sans altérité pour avoir la paix.

Voilà ainsi j’aurai mené une vie de sacrifices, pour des enfants ingrats, mais désormais j’aurai une légitimité sociale et le droit de dire, je veux vivre pour mon plaisir (enfin!).

 PS : aucune similitude avec le passé n’est recherchée, ni même évoquée. Je vous parle seulement de mon espoir de paternité.

Image de prévisualisation YouTube

  • Retour

    Les retours ont ce gout terrible du regret, s’achève et reprend une forme de vie. Dans ce …
  • Et si je reprenais…

    Et si je recommençais à alimenter ce blog ? Pourquoi multiplier les blogs ? Pourquoi multi…
  • Été 2015 #merci

    Cet été, il a fait chaud! Chaud dans mon coeur, chaud dans mes heures! Et cette chaleure e…
Charger d'autres articles liés
  • Retour

    Les retours ont ce gout terrible du regret, s’achève et reprend une forme de vie. Dans ce …
  • Et si je reprenais…

    Et si je recommençais à alimenter ce blog ? Pourquoi multiplier les blogs ? Pourquoi multi…
  • Été 2015 #merci

    Cet été, il a fait chaud! Chaud dans mon coeur, chaud dans mes heures! Et cette chaleure e…
Charger d'autres écrits par Usure pas triste
  • Violone moi…

    A l’heure ou j’apprends la déchéance de Françoise Hardy, je viens me consoler …
  • 50 nuances d’Emprise

    Petit topo « 50 nuances de Grey » en 50 points Points 1 à 46 What&rs…
  • Sous le vernis

    Me voilà mon ami, j’étais irrésolue jusque là, l’indécision retenait mon crayon. L’hésitat…
Charger d'autres écrits dans carrement pas !!!

5 Commentaires

  1. Camélia Noir

    20 juin, 2011 à 22:22

    Tout s’éclaire ! C’est pour quand le changement de sexe ?

  2. dominique

    20 juin, 2011 à 23:17

    Le meilleur c’est quand même ……. les lentilles
    Un goût de réchauffé, n’est-il pas ?

  3. Usure pas triste

    21 juin, 2011 à 0:08

    ah la la, je sais pas… j’ai pas encore décider, quand je serai faire cuire des lentilles….

  4. Bidon D'huile

    24 juin, 2015 à 9:57

    Toujours aussi percutantes,
    les claques de Papa.

    Tout plein d’amour pour toi.

  5. Usure pas triste

    1 juillet, 2015 à 12:28

    Ou des claques pour …

    Merci pour l’amour c’est ça qu’il faut ;)

Laisser un commentaire

Consulter aussi

De l’ambition… à la protection de mes longues dents

Je viens traiter en une petite brève de l’ambition que l’on prête aux autres. …