Accueil exercices de style Perdu.e et décidé.e quand il est question d’un.e autre personne

Perdu.e et décidé.e quand il est question d’un.e autre personne

0
0
119
Phenix_carte-04

Dans un moment de joie, je viens vous parler de l’importance de ne pas savoir, là, où nous en sommes et de laisser les autres se montrer.

Et avant une chanson, qui parle de labyrinthe et de se savoir perdu… 

Image de prévisualisation YouTube

En effet, on pourrait penser que se situer, savoir tenir un azimut est capital…

Mais à quoi bon ? Je vous livre ma réflexion et son contexte.

Le brouillard c’est ma came 6 jours sur 21, je suis dans un flou ouaté et c’est là que germe ma tristesse.

C’est là, que je palpe l’improbable, l’important, le contradictoire. Là aussi, que parfois je révise les nœuds coulants.

Dans une extrême fatigue, entrecoupée d’obligations quotidiennes, je pleure et cherche des issues.

C’est un problème structurel, lié au manque de sommeil, plutôt qu’à ma nature… c’est cet état qui me permet de me positionner dans les moments de vrais éveils et de grande forme.

J’ai crée une sorte de canevas.

 

Votre cap à 5 ans ? Et votre cap il y a 5 ans ?

Qui étiez-vous avant hier, qui serez-vous après demain ?

Vous pensez pouvoir répondre, au moins pour hier ? Demain votre réponse pourtant sera différente.

On pourrait penser que prendre un décision, c’est surtout s’y tenir, plus qu’une question de valence.

Mais je n’en suis pas si sûre. Il y a une nuance capitale, oui il y a des bonnes et des mauvaises décisions, non ce n’est pas qu’une question de faire avec.

La question, me semble pour chaque décision, qui suis-je majoritairement ?

Quelle est ma capacité à souffrir aujourd’hui ? Je ne peux pas présumer de demain, donc demain je suis en droit de changer d’avis.

Une décision est un renoncement. Ce n’est jamais, finalement, de la joie. C’est les possibles et l’espoir qui apportent la joie, l’amont de la décision.

Un exemple

Je vais passer par l’exemple pour préciser ce positionnement. Ce positionnement, c’est celui de quelqu’un qui laisse un.e autre décidé pour lui.elle, au moins dans un premier temps.

Admettons qu’il soit possible de maltraiter une personne, ou admettons qu’il soit possible de décider de changer quelque chose dans votre vie et que cela vous semble passer par blesser quelqu’un.e.

Vous allez jouer de l’idée, jouer de l’idée que vous allez bientôt décider, vous allez dire le pire à quelqu’un-e, parceque vous voulez décider de la suite, clore un passage, une parenthèse, un chapitre, faire table rase, que sais-je ?

Admettons que cette personne vous laisse commettre l’irréparable, vous laisse tout gâcher.

Cette personne, admettons, qu’elle le fasse avec le sourire et qu’elle semble même bien vivre la chose.

Si vous êtes très centré sur vous, et ne disposez par conséquent que de très peu d’informations sur cette personne, mais que vous imaginez, qu’elle est à l’origine de votre mal-être, ou qu’elle y contribue. Sa réaction souriante, qui ne sombre pas dans le reproche va vous conforter : c’est la bonne décision, il faut aller au bout.

Vous allez vous acharner, pour vous confirmer à vous-même que c’est mieux ainsi, et qu’il valait mieux tout dire, maintenant vous avez évacuez votre culpabilité, vous avez même posé vos règles du jeu. Je vous félicite c’est un coup de maître.

Vous allez retirer beaucoup d’alternatives à cette personne, dans la relation avec vous. Néanmoins, vous vous dite qu’il n’y a plus de jeu de dupe… En plus, vous finissez par vous trouver sympa, vous avez donné à cette personnes tous les éléments…

Vous avez dit à un instant T ce que vous aviez sur le cœur, vous avez dit votre vérité du moment, qui n’est pas celle du passé, vous avez réinterprétez le passé, vous l’avez manipulé, pour mieux servir votre propos présent.

Vous usez d’intellect et d’un « je » à outrance, mais c’est le processus décisionnel.

Dans le futur, nul doute que vous pourrez, vous passez de cette personne, si elle refusait les nouvelles règles.

 Vous dans l’exemple

Maintenant imaginez que vous êtes cette personne qui encaisse.

Vous avez le sourire, vous êtes en train de laisser quelqu’un.e vous montrez quel monstre il.elle peut-être.

Vous ne prenez jamais vraiment consciemment la décision d’arrêter, de changer, vous avez des lignes directrices.

Vous sentez que des changements de cap se font, mais que ce n’est pas là l’important. La raison à 5 ans sera oubliée.

Voici mes ligne parallèles, celles qui sont la trame de ce temps si difficile à appréhender, de mon identité si éphémère que même le début de ce texte ne me semble pas de moi.

1. Vous savez que vous êtes perdu.e et en même temps à un endroit précis. Vous êtes avec cette personne, succession de hasard, et cette personne ressent le besoin de se comporter avec vous comme si vous étiez un paillasson.

C’est les faits à un instant T.

2. Vous savez que le pouvoir ne pervertit personne, il révèle les gens, leur nature… Comme le passage devant un miroirs, montre pour certains leur façon de s’aimer. Vous faites en sorte de procurer l’illusion de pouvoir à toute personne que vous envisagez de laisser entrer dans votre vie. Vous observez également la manière dont les gens s’aiment et aiment, s’intéressent aux autres.

3. Vous savez écouter, savoir quand une personne se répète, vous ne savez pas exactement ce que cela signifie, mais ce qui change dans chaque version répétée, c’est la dessus qu’il faut vous concentrer.

4. Vous n’êtes pas un enfant de cœur, quand on vous blesse vous sentez la vengeance dans le bas ventre. Vous n’avez pas franchement besoin de le verbaliser, c’est du ressenti et cela suffit à savoir « ce qui fait me chaud, et ce qui peu me chaut ! »

5. Ce  que vous pensez vouloir, tient en un mot : la beauté. Sur le fond et la forme vous ne serez jamais fixé et ça vous l’acceptez.

6. Avec le 4 et le 5, vous êtes en mesure de vous défendre. Il ne s’agit pas d’amour propre, bien au contraire, être entouré de belles personnes, de personne qui servent la beauté, c’est savoir laissé s’en aller, et empêcher de revenir des personnes à qui vous avez donné du pouvoir sur vous et qui en ont abusé, ou qui en se répétant, vous ont montré leur incompatibilité avec votre idée de la beauté évaluée viscéralement.

7. Votre temps est précieux, vos instincts un peu trop matés, vous les remettez au contrôle. Vous n’avez rien décidé si ce n’est à l’aune de la beauté, vous laissez quelqu’un de coté. Vous faites ce pas de coté, vous êtes cette personne qui se décale,  qui aime et dés-aime. De votre vie sortent « naturellement » les rencontres malheureuses.

8. Vous acceptez une part de souffrance au nom de la beauté.

Je ne sais pas si cela est compréhensible, mais mon processus décisionnel implique une trame et la décision n’est finalement que réaction.

En ce point je ne suis pas pro-active pour ce qui est des personnes qui m’accompagnent.

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

  • IMG_20210831_211638

    Electrise-Me 1 : Helena Hauff, Kliment, Milena Sergueeva

    Hello ! Je te parle de sons, j’ai décidé de prendre 3 artistes par articles de ma pl…
  • 0001-5579794220_20210808_194233_0000

    Chocolat bis

    35 ans, un cheveu blanc, quelques amants Ils ont les yeux chocolats Ils sucrent ma vie d&r…
  • IMG_20210620_094733

    La fête

    Se passer de toi. Sur un peu plus d’années que de doigts…   Une absence mais à…
Charger d'autres articles liés
  • IMG_20210831_211638

    Electrise-Me 1 : Helena Hauff, Kliment, Milena Sergueeva

    Hello ! Je te parle de sons, j’ai décidé de prendre 3 artistes par articles de ma pl…
  • 0001-5579794220_20210808_194233_0000

    Chocolat bis

    35 ans, un cheveu blanc, quelques amants Ils ont les yeux chocolats Ils sucrent ma vie d&r…
  • IMG_20210620_094733

    La fête

    Se passer de toi. Sur un peu plus d’années que de doigts…   Une absence mais à…
Charger d'autres écrits par Usure pas triste
  • 0001-5579794220_20210808_194233_0000

    Chocolat bis

    35 ans, un cheveu blanc, quelques amants Ils ont les yeux chocolats Ils sucrent ma vie d&r…
  • IMG_20201226_222852

    2020 ma meilleure année

    Parce que j’ai aimé 2020 parce que je l’ai adorée… Petit exercice de gra…
  • C'est un reflet excentrique

    Munich nous fait la nique

      …
Charger d'autres écrits dans exercices de style

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La roots attitude … j’en baille…

Attention je vais me livrer à un exercice très malsain, carrément vilain… Qui va vous déce…