Des fois

Des fois 24Des fois le soir me prends de froid,

de crépuscule il m’habille.

Blottie contre lui, je babille 

me débats, lasse je me glace

et  son ennui m’enlace.



Des fois le soir prend son air froid

Sa tristesse alors me vieillit,

minéral en mon lit

tourbillon d’infini si frais …

De temps je me méprends.

Et de marbre je m’attends

à cet éternel été de neige,

à l’immortel manège.


Des fois le soir m’abasourdit de froid

Sans trêve ni même ardeur

il pénètre givré en mon coeur.

Je suis de la lumière, 

l’étrangère, la vie s’égraine

mais il me vole sa sensation, 

en mille grêles de glaçons.

Raison, banquise, ma peine.


Parfois le soir, j’ai froid

Et tout au bord du gouffre

Sa noirceur me frissonne 

D’effroi alors je fredonne, 

dans un approximatif souffle :

« Je n’aimerai que toi…

tralalala

Je n’aimerai

tralala

que toi

trala

tra… » 

Et tout cela raisonne.



 

Laisser un commentaire